Chétifvin 18520 Bengy sur Craon

Le lieu est présent sur le plan de Cassini dès le XVIème siècle sous le nom de La Petite Epinière. On dit même que des archéologues auraient au milieu du XIXème mis au jour des ruines romaines.

HistoireC'est dans les premières années du XIXème siècle, sur le lieu-dit alors appelé Chétif-Vin Village que
Monsieur Gay d'Aubilly fait construire cette maison plaisante à son retour d'émigration, son château d' Avord ayant brulé pendant la Révolution. Le château reconstruit, il cède cette propriété en 1851 à une famille de notables de Bourges, les Pellerin. Ils la garderont pratiquement 100 ans, jusqu'au lendemain la deuxième guerre mondiale. Achetée pour l'exploitation de son domaine agricole, la maison est abandonnée pendant 40 ans.
HistoireLe 1er avril 1989 Sylvie et Michel Bailly après 6 ans de tractations, peuvent commencer la remise en état qu'ils continuent encore de nos jours avec l'aide de leurs enfants. Ce n'est pas moins de quatre générations de cette même famille qui aiment se retrouver là pour des vacances souvent très actives.
L'abandon au milieu du XXème siècle n'a pas eu que des désavantages, la maison a été ainsi préservée des ajouts et autres destructions liées aux flambantes années Formica.

Sylvie Bailly a pu ainsi recréer ici l'ambiance des maisons de famille du 19ème siècle, qui nous émerveille toujours dans la littérature de cette époque. Son mari Michel, lui s'est consacré à la mise en valeur du parc transformé depuis longtemps en pâtures pour les charolais élevés à la ferme. Progressivement le parc a repris l'allure qu'avait voulu lui donné son créateur Philippe-Vincent Pellerin, sans doute un admirateur des créations du Comte de Choulot, puisqu'on retrouve ici en modèle réduit ce que l'illustre paysagiste faisait en majesté autours des châteaux.

HistoireEn 2014 Sylvie et Michel Bailly ont fêté leurs 25 ans de travaux à Chétifvin.

Promise à la démolition pour rendre le terrain à l'exploitation agricole, cette maison a pu grâce à l'entêtement de cette famille retrouver son aspect originel.

Année après année , ce fut d'abord, l'électricité, l'eau, le téléphone qui sont arrivés à Chétifvin, les cheminées tombées dans la maison ont été remontées progressivement sur le toit, la végétation et les arbres qui poussaient dans le salon ont regagné les massifs de fleurs dans le jardin. 

De passage sur place au cours de l'été  2012  une descendante de la famille Pellerin a déclaré  " Aujourd'hui Chétifvin est sauvé" . C'est vrai et bien mérité après 25 ans d'efforts constants. C'est faux aussi, il reste à l'intérieur de cette maison de famille, beaucoup d'éléments à revoir, escaliers, salon, boiseries, chauffage, dallages anciens, parquets....Sans doute encore 25 ans de travaux!

Histoire" Le vrai bonheur et sans doute la grande chance qu'il y a au début d'un tel chantier, c'est que personne ne sait combien de temps cela va durer ni même si cela sera fini un jour" se plait à dire Michel Bailly. Vivre dans les travaux est aussi un art de vie, puisque c'est accepté que chaque année apporte une amélioration à son quotidien. Toutefois c'est à déconseiller pour ceux qui veulent avoir tout, tout de suite.

Histoire Il faut remercier les artisans locaux , sans lesquels le résultat ne serait pas au rendez-vous, ils ont su mettre à la fois leurs talents et leur compréhension à la disposition d'une famille qui a bien des égards a pu leur sembler "originale".